Guêpes et Frelons - Le Forum
Bienvenue sur le forum G&F,
En tant qu'invité vous pouvez lire tous les sujets et poster dans les rubriques de questions (questions générales : biologie, alimentation, nid, frelon asiatique, suggestions d'amélioration)
Bonne visite !
Derniers sujets
» Nid de guêpes dans un mur
Aujourd'hui à 16:59 par Marielle

» Déplacement d'un nid de frelons à 44390 ?
Mar 19 Sep 2017 - 20:43 par Invité

» protection des ruches : la muselière
Lun 18 Sep 2017 - 20:45 par airbrun

» Aide pour identifier une guêpe... ou un frelon ?
Lun 18 Sep 2017 - 17:11 par V. MICHEL

» Identification Guêpe en Seine et Marne
Lun 18 Sep 2017 - 14:47 par Num6

» Mes modestes nids de Haute Provence
Lun 18 Sep 2017 - 9:54 par Linotte

» Nid sous les combles, guêpes dans la maison, tentative de cohabitation
Lun 18 Sep 2017 - 9:18 par heyveno

» protection crabro2017
Dim 17 Sep 2017 - 20:41 par Unclemike

» Nourriture de polistes ?
Dim 17 Sep 2017 - 19:45 par Antoine

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 9 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 9 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Ven 19 Oct 2012 - 14:06

L'attraction des pollinisateurs chez les "fleurs-à-guêpes"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'attraction des pollinisateurs chez les "fleurs-à-guêpes"

Message  Ami Menoptere le Jeu 17 Oct 2013 - 12:12


Pollinator attraction in Wasp-flowers, Thèse de doctorat de Jennifer Brodmann de l'Université d'Ulm, 2010

Traduction du résumé :
Certaines espèces des genre Epipactis (Orchidaceae) et Scrophularia (Scrophulariaceae) sont des "fleurs-à-guêpes" typiques, présentant des adaptations physiologiques et morphologiques pour attirer des guêpes sociales pollinisatrices. Bien que les fleurs pollinisées par les guêpes ont été souvent étudiées, on ne sait que peu de choses sur les signaux responsables de l'attirance des guêpes. Des études récentes ont clairement démontré que l'odeur est impliquée dans ce processus. Cependant, reste la question de savoir pourquoi les fleurs-à-guêpes attirent presqu'exclusivement les guêpes sociales, et pas les autres pollinisateurs. Dans une approche comparative, l'auteur étudie l'écologie chimique et l'attractivité des fleurs-à-guêpes en Allemagne, Turquie et en Chine.

Traduction et résumé de la conclusion :
Les résultats de cette thèse présentent des exemples fascinants de mimétisme chimique dans le système de pollinisation des orchidées. Ils montrent clairement que le mimétisme de proie est une caractéristique des fleurs à guêpes pour attirer leurs pollinisateurs. Dans toutes les orchidées étudiées, le parfum floral joue le rôle-clé dans l'attraction des pollinisateurs. Tous les composés aromatiques impliqués jouent un rôle important dans la vie des guêpes, en les aidant à localiser leur proie. De plus, l'auteur met en évidence que les fleurs-à-guêpes étudiées emploient des composés aromatiques à odeur spécifique comme les "composés volatils des feuilles vertes" (GLV : Green leaf volatiles), composés diffusés par les plantes infestées, comme le Z-11-eicosen-ol, un composé de la phéromone d'alarme de l'Abeille mellifère ou comme les composés acétophénone et 2-éthylhexane-1-ol, également identifiés dans la phéromone d'alarme de différentes espèces de guêpes sociales, afin d'attirer les guêpes vers leurs fleurs. Tous ces composés n'ont que rarement ou même jamais été retrouvés dans les parfums des fleurs auparavant. Avec ces résultats, l'auteur peut affirmer que le mimétisme de proie est une caractéristique des fleurs-à-guêpes pour l'attraction de leur pollinisateurs, mais aussi que cela marque un grand pas dans l'avancée des connaissances sur le mystère des orchidées à pollinisation par les guêpes. De surcroît, l'auteur démontre qu'il existe une évolution convergente des GLV attirant les pollinisateurs chez les orchidées et chez les plantes n'appartenant pas à cette famille.
Une exception est Scrophularia umbrosa, chez laquelle les parfums floraux seuls sont moins attractifs et les signaux visuels contribuent plus à l'attraction des pollinisateurs. A la différence des autres espèces étudiées, S. umbrosa est moins spécialisée dans l'attraction des guêpes car les fleurs sont également visitées et pollinisées par d'autres insectes. Chez toutes les espèces étudiées, les parfums floraux impliqués jouent un rôle important dans la vie des guêpes et sont essentiels pour la localisation et la recherche des proies.
Une différence entre les orchidées offrant une récompense en nectar ou non réside dans les composés impliqués dans l'attraction des pollinisateurs. Alors que les espèces gratifiantes utilisent des GLV communs en association avec une récompense en nectar, les espèces "trompeuses" utilisent des signaux plus spécifiques qui sont impliqués dans le système de communication des guêpes dans le cas de Steveniella satyrioides ou dans la localisation des proies comme chez Dendrobium sinense. La récompense en nectar n'est pas indispensable dans les systèmes "trompeurs" car il n'y a pas de problème d'insensibilisation à la longue. Les femelles de Vespa bicolor sont plus souvent récompensées lorsqu'elles interagissent avec des proies (Abeille mellifère) que quand elles visitent les orchidées "tricheuses" et il n'y a pas de risque d'accoutumance chez les guêpes pollinisant Steveniella, car S. satyrioides est une espèce rare et la réaction des guêpes butineuses à leur phéromone d'alarme est probablement régulièrement renforcée lorsque la colonie est attaquée.
avatar
Ami Menoptere
Modérateurs
Modérateurs

Messages : 440
Date d'inscription : 29/01/2013
Localisation : Nord-Est de la France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum